Benjamin Netanyahu et la construction dans les colonies

Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche 12 septembre 2010 qu’Israël ne pouvait pas prolonger le moratoire sur les constructions de nouveaux logements dans les colonies israéliennes de Cisjordanie, mais il a laissé entendre qu’il limiterait l’ampleur des futurs chantiers. Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé de se retirer des négociations de paix qui viennent de s’ouvrir avec Israël si les constructions reprenaient dans les colonies israéliennes de Cisjordanie.

Le moratoire de dix mois sur les mises en chantier accepté par Netanyahu en Cisjordanie sous la pression de Washington afin de ramener les Palestiniens aux pourparlers de paix, expire le 30 septembre aux termes d’un décret militaire. Ce moratoire a pourtant été vidé de toute substance par une augmentation des mises en chantier avant son entrée en vigueur et par l’absence de contrôle de l’activité de construction des colons, comme cela ressort du rapport de Shalom Archav sur ce sujet.

Le Premier ministre israélien, dont la coalition est dominée par des formations favorables à la cause des colons, a déclaré dimanche à Tony Blair, émissaire du quartet, qu’Israël ne pouvait pas prolonger ce moratoire. Toutefois, selon l’un de ces responsables, il a dit ceci à Blair: « Nous ne construirons pas la totalité des dizaines de milliers de logements prévus. » « D’un autre côté, nous ne suspendrons pas la vie des habitants de Judée et de Samarie [terme utilisé par les colons et par le gouvernement israélien pour désigner la Cisjordanie] ni ne gèlerons les constructions », a-t-il ajouté.

Certains membres du cabinet ont évoqué la possibilité d’un gel officieux dans le cadre duquel le ministre de la Défense Ehud Barak pourrait suspendre l’approbation de certains projets dans les secteurs occupés de Cisjordanie.

On ignore si pareille possibilité pourrait être acceptée par Abbas, qui n’a accepté des négociations directes que sous de fortes pressions des Etats-Unis.

Julien Masri, d’après une dépêche Reuters

sur le même sujet, voir Trois mois après le début du moratoire sur la colonisation : le bilan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top