Ayman parvient à quitter Gaza pour aller étudier en Espagne

Personne ne peut sortir ou entrer, les exceptions sont considérées des « miracles », et cette histoire en est un : « C’est ça le goût de la liberté, aujourd’hui je sors de Gaza pour la première fois et c’est le jour le plus important de ma vie » a déclaré Qader lorsqu’il a réussi à quitter Gaza pour aller étudier en Espagne …

« C’est ça le goût de la liberté ! Aujourd’hui je sors de Gaza pour la première fois, c’est le jour le plus important de ma vie » avait déclaré Ayman Qader dans un entretien téléphonique après être entré en territoire israélien.

L’étudiant devrait se rendre aujourd’hui en Jordanie où il compte passer la nuit avant de voyager en Espagne dont il a obtenu une bourse de l’Université de Castellón pour assister au « Master International d’études sur la Paix, les Conflits et le Développement ».

Jeudi matin il prendra l’avion de Amman à Barcelone où il arrivera en début d’après-midi. Une fois là-bas, il voyagera à Castellón pour commencer ses cours au plus vite, car le Master est déjà entamé (depuis lundi dernier).

Le personnel diplomatique du consulat général d’Espagne à Jérusalem a reçu Qader lors de son passage par Erez, dans le nord de la Bande de Gaza, c’est de là qu’il fera le trajet en voiture jusqu’ au passage d’Allenby, qui se trouve à la frontière avec la Jordanie.

La loi israélienne exige que les palestiniens ayant obtenu une autorisation pour sortir de Gaza, soient escortés par du personnel diplomatique jusqu’à ce qu’ils aient abandonné le sol israélien.

Ce jeune âgé de 23 ans s’est battu pour que les autorités égyptiennes et israéliennes l’autorisent à quitter la Bande de Gaza, qui est gouvernée par le mouvement islamiste Hamas et qui est soumise à un cruel blocus depuis quatre ans.

Les postes frontaliers avec Israël et l’Égypte sont en grande partie fermés, et leur accès n’est autorisé que dans des cas particuliers comme l’entrée et la sortie de journalistes, de travailleurs humanitaires, ou dans des situations très ponctuelles.

Selon des données fournies par « Gisha », ONG israélienne de défense de droits humains, chaque année, un demi millier de palestiniens ne parvient pas à quitter la Bande de Gaza pour continuer des études à l’étranger.

Dimanche 21 février 2010 ; source : Infopalestine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.