Arrestation massive de mineurs en Cisjordanie

Le 11 Février 2010, au moins 17 enfants ont été arrêtés par des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Jalazun, près de Ramallah, au milieu de la nuit. Les enfants et leurs familles ont recours à la force excessive lors des arrestations, et les mauvais traitements et à la contrainte lors des interrogatoires subséquents. Les enfants ont été interrogés en l’absence d’un avocat et membre de la famille, et les interrogatoires n’ont pas été enregistrés sur vidéo. Les enfants sont accusés d’avoir jeté des pierres, et dans certains cas, des cocktails Molotov, sur des soldats israéliens en 2009 et 2010. Ils sont l’objet de poursuites devant des tribunaux militaires.

Aux environs de 2h du matin, le jeudi 11 Février 2010, les soldats israéliens sont entrés dans le camp de réfugiés de Jalazun près de Ramallah, en Cisjordanie allant de maison en maison et ils ont commencé à rassembler les gens, battant et harcelant les habitants du camp. Selon les informations obtenues par DCI-Palestine, au moins 17 enfants ont été arrêtés et emmenés. Des rapports indiquent que les enfants ont d’abord été emmenés dans la colonie israélienne de Beit El, puis au Commissariat de police de Binyamin puis au Centre de détention et d’interrogation d’Ofer, près de Ramallah.

DCI-Palestine a jusqu’à présent obtenu cinq témoignages sous serment de certains des enfants détenus et de leurs parents. Les preuves révèlent qu’une force excessive a été utilisée durant le raid et des techniques illégales lors des interrogatoires subséquents.

Ahmad, 14 ans

Un avocat de DCI-Palestine a rencontré Ahmad G., âgé de14 ans, le 18 Février 2010, dans la prison d’Ofer. Ahmad dit à l’avocat ce qui est arrivé après que les soldats israéliens sont entrés dans la maison familiale à 2h du matin : «J’ai mis mes vêtements et j’ai demandé au soldat de me permettre de dire au revoir à mon père et ma mère, mais il a refusé. Il m’a attrapé par le dos et m’a fait sortir de la maison. Nous avons marché pendant plusieurs mètres de la maison. Puis il m’a bandé les yeux, m’a attaché les mains derrière mon dos, et m’a gardé dans la rue, dans le froid, pendant environ une heure.

Environ une heure plus tard, Ahmad et les autres enfants ont reçu l’ordre de marcher jusqu’à la colonie israélienne voisine de Beit El, où on leur a posé quelques questions générales sur leur santé et fait signer des papiers. Ahmad a été ensuite placé dans un véhicule militaire, il croit qu’il a été emmené au Commissariat de police de Binyamin pour interrogatoire. « Puis, un soldat m’a emmené dans une pièce et a retiré le bandeau. Je me trouvais devant trois interrogateurs. Soudain, l’un d’eux m’a giflé sur le cou et les deux autres l’ont poussé loin de moi et l’ont emmené hors de la pièce. » L’un des interrogateurs dit alors à Ahmad : « Tu n’es pas seul ici, nous avons arrêté 30 autres enfants et les avons amenés ici. » L’interrogateur a ensuite demandé si Ahmad avait jeté des pierres, des cocktails Molotov ou des grenades artisanales sur des soldats israéliens et il a alors dit à Ahmad que d’autres l’avaient dénoncé. Ahmad a nié les accusations. L’un des interrogateurs lui a bandé les yeux, et a ordonné qu’il soit emmené vers un autre interrogateur, en disant: «cet interrogateur va te frapper, tu ferais mieux de tout lui dire. » Ahmad ont d’abord nié les accusations mais alors « quelqu’un derrière moi, m’a frappé  sur la tête. J’ai pris peur et lui dit ce qu’il voulait entendre bien que je n’aie pas jeté de cailloux, de cocktails Molotov ou d’explosifs. J’ai signé un papier et un soldat m’a fait sortir de la pièce. »

Il faisait jour quand l’interrogatoire d’Ahmad a pris fin et il a reçu un sandwich d’un soldat avant d’être attachés les yeux bandés et laissé dans une pièce. Ahmad a demandé à utiliser les toilettes, mais on le lui a refusé. Quelque temps plus tard, Ahmad a été placé dans un véhicule avec d’autres détenus et soldats. « Les soldats ont commencé à m’insulter moi et les autres détenus en disant « la **** de ta mère, fils de pute ». Ils ont continué à nous frapper partout sur le corps. » Ahmad a été emmené à la prison d’Ofer, où on lui a ordonné de se déshabiller: «J’ai été très inquiet, surtout lorsque j’ai vu une femme soldat debout dans la cour qui me regardait. J’ai enlevé mes vêtements très rapidement j’étais vraiment très embarrassé. Le soldat m’a donné l’uniforme brun de la prison et m’a photographié ». Ahmad a ensuite été détenu dans une section avec des enfants et des adultes âgés de 15 à 50 ans.

Ahmad a comparu deux fois au le tribunal militaire d’Ofer et a été accusé d’avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov en Février 2009 et 2010, et de la possession d’un couteau en Juin 2009. Sa prochaine comparution est fixée au 1er Mars 2010.

Khaled D. (15 ans)

DCI-Palestine a rencontré la mère de Khaled, Maha, le 17 Février 2010. Maha s’est rappelé le réveil au son des explosions dans le camp, aux alentours de 2h30 du matin, le 11 Février 2010. Un peu plus tard, près de 10 soldats israéliens lourdement armés ont pris d’assaut la maison familiale. Maha se rappelle ce qui s’est passé ensuite : « Après avoir poussé mon mari et pointé leurs armes sur nous, un soldat a crié sur mon fils Mesbah (22 ans) qui se tenait debout avec Khaled, mes filles et moi. Une fois Mesbah près du soldat qui l’avait appelé, deux autres soldats l’ont attaqué et ont commencé à le frapper sur la tête. Ils lui ont attaché les mains derrière le dos et l’ont forcé à s’agenouiller dans la cuisine … Les soldats ont vu Khaled et trois d’entre eux l’ont agressé, dans un coin du salon en face de moi et mes filles. Ils ont commencé à le battre. Ils l’ont frappé sur la tête et les jambes … aussi l’un d’eux a commencé en frappant sa tête contre le mur. » Khaled a ensuite été menotté, ses yeux bandés et il a été emmené hors de la maison. Maha n’a pas été informée de la raison pour laquelle son fils a été arrêté ni d’où il était emmené. « Avant d’aller plus loin, j’ai demandé aux soldats de dire au revoir à mon fils, mais ils ont refusé. Ils l’ont entraîné et ont fermé la porte de la maison derrière eux. »

Khaled a comparu trois fois au tribunal militaire d’Ofer, mais n’a pas encore été inculpé d’une infraction. Sa dernière comparution au tribunal était le 24 Février 2010. Il est actuellement détenu dans la prison d’Ofer.

Enfants arrêtés

DCI-Palestine a obtenu des informations concernant l’arrestation de 17 enfants, mais nous ne pouvons pas encore confirmer si plus d’enfants ont été arrêtés dans le camp de Jalazun le 11 Février 2010.

Arrestations et mauvais traitement de mineurs : une politique systématique

L’arrestation de masse et les mauvais traitements d’au moins 17 enfants du camp de réfugiés de Jalazun, le 11 Février 2010, n’est pas un incident isolé. Le 29 Septembre 2009, DCI-Palestine avait soumis 11 cas au Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture découlant de trois incidents où l’armée israélienne était entrée dans des villages de Palestine au milieu de la nuit, et rassemblé un grand nombre d’enfants, les accusant d’avoir lancé des pierres sur le Mur et des colons sur des routes de contournement en Cisjordanie.

Le premier incident est survenu dans le village de Tura al Gharbiya, près de Jénine, dans les premières heures du 19 Janvier 2009. Des unités de l’armée israélienne ont pris des enfants à partir de 12 ans à leur domicile et les ont interrogés au centre de jeunesse du village avant de les transférer vers un centre de détention et d’interrogatoire. Les enfants ont déclaré avoir été frappés et menacés pour faire des aveux et ont déclaré qu’ils avaient jeté des pierres sur le mur.

Le second incident s’est produit le 26 Mars 2009, dans le village de Haris, au sud de Naplouse. Pas moins de 90 enfants ont été raflés par des unités de l’armée israélienne, roués de coups et menacés. Ces enfants ont été accusés d’avoir lancé des pierres sur la route 505, une route voisine utilisée par les colons israéliens en Cisjordanie. Le cas a été rapporté dans le quotidien The Independent, le 9 Juin, qui faisait référence à une « atmosphère fanatique» chez les soldats lors de l’incident dans lequel « les malédictions, les humiliations, tirer les cheveux et les oreilles, des coups de pied et des gifles » étaient la norme.

Le troisième incident est survenu dans le village d’Azzun, près de Qalqiliya, dans les premières heures du 14 Juillet 2009. Des garçons à partir de 15 ans ont déclaré avoir reçu des coups sévères au cours des séances d’interrogatoire intense qui se sont produites dans un certain nombre d’endroits. Un garçon se souvient que, pendant son interrogatoire, « on m’a demandé combien de fois j’ai jeté des pierres. Je lui ai dit que je n’ai jamais jeté de pierres. Il m’a frappé avec ses mains et à coups de pied. Après cela, il s’est tenu debout sur ma jambe et a dit: « fils de pute, je vais te casser la tête si tu n’avoue pas. » En conséquence, le garçon était terrorisé et a « avoué avoir lancé des pierres pour se débarrasser de la douleur qu’il me faisait. » Le même garçon a ensuite signé une confession écrite en hébreu, langue qu’il ne comprend pas.

Ces cas ne sont que quelques exemples de ce qui semble être le mauvais traitement systématique et institutionnalisé d’environ 700 enfants palestiniens par les autorités israéliennes chaque année dans le territoire palestinien occupé. La situation ne s’est pas améliorée depuis que la commission des Nations unies contre la torture a publié ses observations finales concernant la torture et les mauvais traitements en Israël et dans le Territoire palestinien occupé, en Mai 2009.

Plus récemment, B’Tselem a documenté quatre incidents à Silwan, à Jérusalem-Est, où des enfants ont été arrêtés par des policiers et des agents de l’Agence de Sécurité d’Israël accompagnés par des policiers des frontières armés. Les enfants, âgés de 12 à 15 ans, auraient été sortis de leur lit au milieu de la nuit, menottés et amenés à l’interrogatoire au poste de police dans le quartier russe, à Jérusalem-Ouest.

Il ya actuellement 318 enfants palestiniens détenus dans les établissements de détention israéliens. Pour plus d’information s’il vous plaît voir le bulletin mensuel des détentions DCI-Palestine (en anglais).

Action recommandée

S’il vous plaît, envoyez des appels demandant instamment :

1.  De mettre un terme immédiatement à la pratique consistant à arrêter les enfants palestiniens dans le milieu de la nuit;
2. Que toutes les allégations crédibles de mauvais traitements et de torture ne soient l’objet d’une enquête approfondie et impartiale et les personnes reconnues responsables de tels abus soient traduites en justice;
3. Veiller à ce qu’aucun enfant ne soit interrogé en l’absence d’un avocat de leur choix et d’un membre de la famille;
4. Veiller à ce que tous les interrogatoires d’enfants soient enregistrés par vidéo;
5. Veiller à ce que tous les éléments soupçonnés d’avoir été obtenus par des mauvais traitements ou torture soient rejetés par les tribunaux militaires.

Appels à :

* Vos représentants élus
* L’ambassade d’Israël dans votre pays (ambassade d’Israël en Belgique, téléphone : 02/373.55.00, courriel : info@brussels.mfa.gov.il )
* Les autorités israéliennes en Israël :

M. Benjamin Netanyahu, Premier Ministre, Bureau du Premier Ministre, 3, rue Kaplan, PO Box 187, Kiryat Ben-Gurion, Jérusalem, Israël, Fax: +972- 2-651 2631, Courrier électronique: pm_eng@pmo.gov.il

M. Menachem Mazuz, le procureur général, Fax: + 972 2 627 4481; + 972 2 628 5438, +972 2 530 3367

Brigadier général Avihai Mandelblit, militaire du Juge-avocat général, 6 David Elazar Street, Hakirya, Tel Aviv, Israël, Fax: +972 3 608 0366, +972 3 569 4526, Email: arbel@mail.idf.il, avimn@idf.gov.il

Mission permanente d’Israël auprès de l’Office des Nations Unies et des Institutions spécialisées à Genève, avenue de la Paix 1-3, 1202 Genève, Fax: +41 22 716 05 55, Email: mission-israel@geneva.mfa.gov.il
S’il vous plaît, informez DCI-Palestine si vous recevez une réponse à vos appels – ria@dci-pal.org

d’après un Appel urgent de DCI-Palestine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.