3 semaines de détentions pour 2 adolescents palestiniens

«J’étais dans notre salle de séjour avec mes enfants jeudi soir, le 1er juillet, quand mon mari, Ibrahim, est entré et a dit que M.M. avait été libéré de prison », se souvient la mère de M.M., Khadra. Dans un premier temps, Khadra ne savait pas s’il fallait croire son mari ou lui dire de ne pas plaisanter au sujet de M.M., mais « il sourit et me dit qu’il ne plaisantait pas. Il m’a dit qu’il avait reçu un appel téléphonique de M.M. qui avait été abandonné par des soldats au checkpoint d’Azzun. Je ne pouvais pas y croire et me mis à pleurer de joie. C’était totalement inattendu. »

M. M. et sa mère, Khadra
M. M. et sa mère, Khadra

Trois semaines plus tôt, M.M. avait été réveillé à 2h du matin par les cris « l’armée, l’armée » en hébreu. « À ce moment, j’ai réalisé que les soldats israéliens venaient chez nous, la maison du village la plus proche de la colonie de Yizhar, qui est construite sur des terres prises de notre village », se souvient M.M.

M.M. et sa famille ont quitté la maison et après une brève discussion, les mains de M.M. ont été attachées avec des menottes en plastique et ses yeux bandés. M.M. était effrayé et s’est mis à pleurer. « N’aie pas peur, sois un homme et arrête de pleurer », cria le père de M.M, et celui-ci cessa de pleurer.

interrogatoires sous la menace

M.M. et son ami F.A. ont d’abord été emmenés à Huwwara et au centre d’interrogation de Salem, des centres de détention dans le nord de la Cisjordanie, où ils ont été détenus pendant environ huit jours et traduits brièvement devant un tribunal militaire. Pendant ce temps, M.M. a été interrogé par un homme qui se faisait appeler « Jihad » qui l’a accusé d’avoir allumé un incendie qui s’est propagé jusqu’à la colline du village et a menacé la colonie de Yizhar – « Il m’a accusé d’avoir allumé l’incendie et m’a menacé de me torturer avec l’électricité si je n’avouais pas ce qu’il voulait me faire avouer », se souvient MM. L’ami de MM, FA, était également menacé, mais on lui a également dit que « si tu n’avoue pas, nous allons t’accuser d’avoir un fusil de chasse et on va t’arrêter pour sa possession et pour jets de pierres. » M.M. se rappelle également avoir signé certains documents mais sans connaître leur contenu.

Le 17 juin les garçons ont été traduits devant la Cour militaire de Salem et leur détention a été prolongée pour une période supplémentaire de huit jours. Les parents des garçons étaient présents au tribunal, mais les soldats les ont empêchés de leur parler. Le 21 juin, les soldats sont venus, ont menotté et enchaîné les pieds des garçons avant de les transférer à Petah Tikva, un centre d’interrogatoire et une prison à l’intérieur d’Israël, près de Tel Aviv. Le transfert des garçons du territoire palestinien occupé vers Israël a violé l’article 76 de la Quatrième Convention de Genève, qui interdit de tels transferts. À l’arrivée à Petah Tikva, M.M. a de nouveau été interrogé par un homme qui se faisait appeler « Nirva » ou « Durva » : « qui a allumé l’incendie sur la montagne ? » M.M. se rappelle avoir déclaré : « c’est pas moi, j’étais assis à l’école et après un examen que je suis allé avec mes amis pour acheter de la nourriture et je ne savais rien au sujet du feu. » Le fait que MM était assis à l’école pour un examen lorsque l’incendie a été confirmé par sa mère.

Les deux garçons ont été traduits devant un tribunal militaire à Petah Tikva à deux autres reprises (les 23 et 30 juin) pour voir leur détention prolongée par un juge du tribunal militaire. À ces occasions, les garçons étaient représentés par un avocat, mais leurs parents n’étaient pas présents car ils n’étaient pas en mesure de se rendre à l’intérieur d’Israël, sans un permis spécial difficile à obtenir. Les familles sont restées en contact permanent avec l’avocat des garçons qui a régulièrement fait le point sur leur situation. « Tout au long des trois semaines l’avocat nous a apporté de mauvaises nouvelles », se souvient Khadra, « il nous a dit la Cour disposait de preuves secrètes contre M.M. et que les choses n’étaient pas au beau fixe. Il nous a dit il n’y a rien qu’un avocat puisse faire lorsque la Cour se fonde sur des preuves secrètes. Je n’ai pas pu dormir pendant deux jours quand j’ai entendu cela. C’était comme si un nuage noir et sombre était descendu sur moi ».

adolescents en cellules d’isolement

C’est à Petah Tikva que les deux garçons ont été placés à l’isolement pendant six jours. « Il m’a dit que le sixième jour d’isolement, il se mit à frapper sur la porte et à crier et crier, à supplier les gardes de le ramener à la cellule pour être avec d’autres prisonniers », se souvient Khadra, qui décrit M.M. comme un garçon très sociable qui a toujours été entouré d’enfants de son âge et de jeunes. « Les gardes lui crièrent dessus, l’ont injurié et ne lui ont montré aucune sympathie. Il était seul pendant six jours, il ne voyait personne ni ne parlait à personne. Il était dans une petite pièce avec un matelas sur le sol et deux couvertures. Il n’avait pas d’oreiller. La chambre n’avait pas de fenêtre et il ne pouvait pas savoir s’il faisait jour ou nuit. Les gardes ont laissé les lumières allumées tout le temps et il avait du mal à s’endormir. Il m’a dit qu’il pendait ses sous-vêtements sur l’ampoule pour diminuer l’intensité de la lumière afin de s’endormir. Ils lui ont donné des vêtements de la prison, trop grands pour lui, et le pantalon ne cessait de tomber. Il n’avait aucune idée du temps qu’il allait passer là et cela lui fit perdre son esprit. »

L’épreuve de la détention de M.M. a été difficile à supporter pour sa mère. Je criais quand je voyais la plupart des cerfs-volants de ses amis dans le terrain vague derrière la maison, sans lui. Je savais que M.M. était innocent, mais je savais aussi que cela n’allait pas lui rendre l’épreuve moins dure. Je me reprochais de ne pas lui avoir parlé de la prison, pour m’assurer qu’il n’avoue rien qu’il n’aurait pas fait », dit Khadra. Selon M.M., les garçons considérés comme confesser parce qu’ils ne pouvaient plus le supporter, mais parce qu’ils n’étaient pas impliqués dans l’incendie, ils ne savaient pas quelle histoire à raconter.

Le 1er juillet 2010, sans prévenir, les soldats israéliens ont jeté les deux garçons à un point de contrôle loin de chez eux à 20h30 et leur ont dit de « rentrer à la maison ». Je ne pouvais pas croire qu’il avait été libéré», explique Khadra, mais il n’est pas plus le même garçon. Il a beaucoup changé. Il passe des heures seul, regardant fixement, sans rien faire. Il ne mange pas avec nous et passe beaucoup de temps à dormir. Il écoute les chansons d’adultes en prison. Il me brise le cœur. Je ne sais pas quoi faire. Je voudrais acheter à M.M. une chèvre, je pense qu’il va adorer. Je vais essayer de trouver l’argent pour acheter une chèvre ou deux. Je vais tout faire pour que M.M. soit heureux encore. »

Chaque année, environ 700 enfants palestiniens sont arrêtés, interrogés, poursuivi et placé en détention dans le système judiciaire militaire israélien. Les enfants sont interrogés en l’absence d’un avocat ou d’un membre de la famille et les interrogatoires ne sont pas enregistrés, en guise de surveillance indépendante contre les abus. Les rapports de mauvais traitements et, dans certains cas, de torture, sont fréquents et l’écrasante majorité des enfants avoue pendant les interrogatoires.

source : DCI

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.